lundi 3 mars 2014

Un chrétien de Centrafrique déclare : "Avec cette machette j'ai tué plus de 30 musulmans‏"


media//version4_2014-02-23_17-05-46.jpg

Le rapport d’informations préparé par l’envoyé de l’agence de presse Anatoli à Bangui, capitale de Centrafrique, a révélé la barbarie des boucheries perpétrée par les milices chrétiennes contre les musulmans du pays.

L’envoyé de l’agence de presse a rapporté qu’il a assisté dans le quartier « Mîskîn » de la capitale Bangui, à la destruction de la mosquée « Ibrâhîm » ; les habitants chrétiens en ont démoli  les murs et retiré les parpaings pour les vendre où les utiliser dans leurs constructions.  D’autres groupes chrétiens ont démonté aussi des voitures et des camions volés aux musulmans.

Le rapport cite le chef local des milices chrétiennes qui habite le quartier.  Répondant à la question de savoir s’il allait permettre aux musulmans de retourner dans leurs maisons ce dernier a déclaré « : Nous sommes les vrais habitants de Centrafrique ; quant au groupe CELEKA, musulmans, ce sont des étrangers… Nous avons décidé de défendre notre patrie et je suis ici sur ordre de mes chefs pour défendre le quartier, selon ses dires.

De son côté « Nrizi Kânî » membre de la milice anti-Balaka, a déclaré tout en brandissant sa machette : « Avec cette machette j’ai tué 30 musulmans… et ce qui est amusant dans l’histoire, c’est que les femmes ce jour, criaient : " Ô Allah, Ô Allah " comme si moi je comprenais l’arabe !!! »  

L’envoyé de l’agence de presse rapporte que les habitants chrétiens l’ont accompagné dans  la mosquée détruite où il a pu voir les feuilles du Coran éparpillées et les impacts de balles sur ce qui reste des murs, comme traces témoignant du massacre. Un des chrétiens présents a déclaré : « nous ne nous reconnaissons pas Mouhammad… Il n’est pas le Dieu du livre saint. »

Le rapport précise que les attaques des milices chrétiennes contre les musulmans du quartier « Mîskîn » les ont poussé à fuir vers les quartiers situés autour de l’aéroport et de la grande mosquée pour les uns, et vers d’autre pays voisins, pour les autres.

Traduction CCY

6 commentaires:

Pas dupe a dit…

Où sont les soldats français ! Certainement en train de faire ce qu’ils ont fait au Mali, lorsqu’il s’agit de tuer du musulman ils sont rapide mais pour les protéger ils assurent plutôt les arrières des tueurs.

Almountassir a dit…

Partout les musulmans sont tués et traqués ! Quad est ce que nous allons nous réveiller ?!
Ils nous parlent des droits de l’homme à longueur de journée et nous massacrent jour et nuit sans relâche, rassure toi mon frère là où tu te trouves ton tours viendra et ce jour-là tu te diras où sont les musulmans, et bien ils seront là où tu es aujourd’hui !

Grain de riz a dit…

Vous allez fort les gars ! Vous n’allez pas dire comme l’autre : Combattez les assimilateurs tous comme ils te combattent tous ?
Où est ce qu’on va aller comme ça ?!

Anonyme a dit…

Regardez ! J’ai compté dans les 25 barbares entre civiles et soldats, rien que ceux qui apparaissent sur la photo et qui sont en train de regarder égorger un homme, de leur quartier probablement, rien que parce qu’il est musulman ! Et c’est comme ça en Birmanie au Mali .... Des milliers d’hommes de femmes de vieillards et d’enfants sont égorgés voir brulés vifs dans l’indifférence totale de cet ONU qui visiblement ne sont unis que contre les musulmans !

A force ... a dit…

Côté politique et économie, la France est ien présente en Centre Afrique et partout dans ce continent qu'elle considère etre toujours son pré-carré ! Et côté idéologique, n'oublions jamais, jamais, que la France a été nommée, à une époque pas si lontaine, "la fille aînée de l'Eglise" ! Le résultat est édifiant ...

paris-palestine a dit…

@ grain de riz, malheureusement quand les fondamentaux de la vie humaine sont menacés, il n'y a pas trois voix mais deux : la défense du bien ou du mal. Et il n 'y a qu'un moyen : le combat jusqu'au triomphe de la valeur défendue.