dimanche 23 juin 2013

Islamophobie à Argenteuil… Agressions et tergiversations



par Dr Zouhair LAHNA,  
Chirurgien Obstétricien, Ancien Vice-président d’Aide Médicale Internationale

La succession d’agressions anti musulmanes dans la ville d’Argenteuil nous invite à une lecture circonstanciée de cet excès d’islamophobie. Si la stigmatisation des musulmans en France est un sport politique nationale à droite comme à gauche sans parler du joker du service (le Front National), la banalisation des propos et l’indigence de la représentativité ‘’communautaire’’ ou cultuelle donnent des ingrédients aux semeurs de troubles et aux marionnettistes de tous poils.

A cause de la succession des évènements (intimidations - agressions) qui s’y sont passés, Argenteuil est devenu un laboratoire de l’islamophobie. Le dernier épisode est préoccupant, puisqu’il s’agit de l’agression gratuite d’une jeune femme parce qu’elle porte justement le voile et ce, au sein d’un quartier peuplé par un nombre conséquent de musulmans. Le voile des jeunes musulmanes constitue une réalité du paysage urbain et ce, malgré les attaques d’état successives sur ce bout de tissu. Dévoilement, arrachement de cheveux et coups de pieds suivies d’une médiatisation, courte mais suffisante, afin de terroriser toutes les jeunes femmes voilées et observer la réactivité du ‘’grand corps malade’’ musulman. Tel est la lecture de l’expédition /expérience qui a été menée dans le laboratoire d’Argenteuil.

Entre colère, rassemblement devant la mairie, cacophonie, tout honnête homme musulman a légitimement peur qu’il n’y ait, comme à chaque fois, aucune leçon à tirer de cette douloureuse agression, faute d’élite visionnaire, participative et capable de rassembler.

Les médias dominant qui ont relayé cette agression de Leïla, la jeune femme de 21ans qui a fini par faire une fausse couche, n’ont pas cherché à lui donner un nom ni même un prénom. Le fait qu’elle soit voilée est amplement suffisant pour la mettre dans le camp des indigènes sans nom. Une soumise aliénée ou auto aliénée et qui ne mérite pas le respect dû à une citoyenne libre et libérée !! Une couverture plus longue et des déclarations politiques auraient pu attirer une certaine sympathie de la part de l’opinion publique. Or ce n’est pas du tout le but recherché.

Est venu alors le moment du rassemblement avec la présence des associations aussi bien de la ville d’Argenteuil (deuxième ville d’Ile de France, avec une présence musulmane ou présumée telle massive), des associations musulmanes ou d’autres contre l’islamophobie. Quelques personnes de bonne volonté, des habitants excédés et très peu d’élite musulmane, qui continue à regarder ailleurs.

J’ai assisté à la réunion préparatrice des actions à entreprendre face à ces successions d’agressions islamophobes. Elle a duré cinq heures … tout ce temps juste se mettre d’accord ou plutôt convaincre les organisateurs de faire quelque chose afin de répondre à l’appel de la colère légitime des familles et surtout des jeunes victimes tous les jours du délit de faciès. Ne rien faire ou avoir une réponse distanciée ne permettra plus aux responsables associatifs de canaliser des colères accumulées et légitimes. La tension est telle que des débordements sont à craindre … pas en organisant un rassemblement ou une manifestation mais en ne faisant rien !

Au fil des échanges je voyais évaporer le souhait de quelques-uns de sortir grandi à la suite à cette tragédie. Ce qui aurait pu se concrétiser par la création d’une organisation qui prendrait à bras le corps la défense des musulmans. Pas seulement une association ou un collectif de militants, qui jouent leur rôle et ne déméritent pas, mais d’un organisme plus construit, et qui ne serait pas financé bien évidement par Georges Soros. Organisme réfléchi qui travaille sur le long terme pas seulement sur l’émotionnel comme on a hélas, trop l’habitude de la part des musulmans.

La demande est toute simple, les citoyens français de confession musulmans vivent de fait un sécularisme  en Occident. Ceux qui  restent en tant soit peu attachés à leur foi et ses prérogatives demandent comme tous les autres Français la sécurité. On est forcé de constater tout au long des témoignages des habitants du laboratoire d’Argenteuil, que la police est sensée les sécuriser est ressentie surtout par les jeunes comme un ennemi. Décidément rien à changer depuis les émeutes de novembre 2005. Ceci est très préoccupant et demande un changement urgent. Mais ce changement des rapports entre la police et les habitants ne se fera pas tout seul.

Le vivre ensemble dont se targue les éditorialistes surtout de gauche est une demande première des musulmans. Nous souhaitons vivre ensemble en France qui est aussi notre pays et nous demandons un peu de tolérance et moins de stigmatisation.

Le témoignage du père de Leïla fait resurgir à ceux qui l’écoute qu’il s’est senti orphelin face à l’agression de sa fille, justement parce qu’elle porte un foulard, exactement comme toutes les jeunes filles qui souhaitent le porter tout en ayant accès à l’éducation. Une exclusion pour les unes et une agression pour les autres.

Les musulmans sont en émoi, également orphelins de leurs ‘’instances représentatives’’ et ne citant ici que le CFCM, agence de la République et l’UOIF, nos Frères musulmans de France. Les autres représentations sont inaudibles et sans véritable espace aussi bien ‘’communautaire’’ que médiatique. A moins de chercher notre célèbre imam tartuffe Chalghoumi actif dans la stigmatisation da sa propre religion et de certains de ses coreligionnaires. On aimerait bien l’entendre et essayer de comprendre ce que pourrait nous dire ce pourfendeur de l’islam, élevé par les appareils comme modèle de tolérance et … de bêtise.

Lors de la réunion, les imams des mosquées d’Argenteuil ont été invités par les autorités à calmer les musulmans qui se rendent à la mosquée. Le bon vieux réflexe colonialiste et paternaliste!

A la fin de cette réunion marathon, la montagne a accouché d’une souris. Juste un sit-in silencieux et pas fixé le vendredi mais le samedi.  Je suis reparti avec un nœud dans la gorge, craignant pour mes sœurs et mes filles dans des rues devenues inhospitalières, et des éventuelles manipulations qui peuvent en découler.

L’expérience nous enseigne qu’on ne respecte que les gens respectables et la classe dirigeante française et ses corps constitués ne sont pas encore dans cette démarche. Cela demande, d’une part une déconstruction de l’image surannée à notre égard, érigée d’un héritage coloniale honni et d’autre part l’émergence d’une véritable élite musulmane consciente des enjeux et qui s’engage pour le vivre ensemble dans leur pays qui est la France. Pour le moment les diplômés musulmans, faussement protégés, doivent se dirent en ayant vent de ce qui se passe à Argenteuil : « Jusqu’ici, tout va bien !!! »

Dr Zouhair LAHNA

2 commentaires:

Abdurahmane a dit…

Merci pour cette article qui permet de saisir -quoique de loin et heureusement- ce qui a bien pu se dire pendant cinq heures par les "militants-résisants" !
Effectivement, les musulmans français ont cruellement besoin d'une élite indépendante, affirmée et visionnaire.
Il est a regretté que cet excellent article fasse preuve d'autant de pudeur passant ainsi sous silence les coupables parmi nous de l'abandon de "mes soeurs et mes filles" aussi ; car notre religion érige comme devoir la dénonciation de tout mal qui guette la communauté musulmane et celle humaine. C'est aussi parce qu'on ne pratique pas ce principe que nous sommes dans la situation de l'orphelin. Qu'on s'entende, il ne s'agit ni de diffamé ni de médire mais d'épurer nos rangs des traitres et de lâches qui pourtant briguent nos plus hautes responsabilités ...

Nasr a dit…

L'agitation actuelle de ces temps d'émois donne le vertige, et cette remise en contexte dans le plus large ordre des choses est nécessaire comme elle est visionnaire.